Stickers. Confession d'une accro.

Bonjour à fous, fidèles lecteurs !

Aujourd'hui, dans cet article consacré aux petits plaisirs, je vais vous parler de mon jardin secret.

Mon amour pour la papeterie n'est plus un mystère pour personnes... et il y a les stickers...



Depuis toute petite, j'adore ça ! J'ai le souvenir d'un jour où ma mère nous a offert, à mes petits frères et moi, des petites plaquettes de stickers (chacun les mêmes pour ne pas faire d'histoire). Je les aient conservés comme des petits trésors et les sortais pour les regarder sans jamais les coller sur un support. Aujourd'hui encore, je les aient toujours et quand je les regardes, je comprend ce que Marie Kondo veut dire quand elle dit qu'il ne faut garder que ce qui nous procure de la joie. Ce doux sentiment d'être rattaché à ces petites choses fabriquées en série qui pourtant ne porte aucune trace de vie.


Je ne collectionne pas les stickers. Je ne cherche pas à en avoir le plus possible, d'avoir des rares, des collectors, un certain style... D'ailleurs, je n'en cherche pas, disons qu'ils me trouvent. Parfois, j'arrive à les coller sur un support que je vais garder. Dans mes agendas, je colle des stickers que j'aime, mais pas trop. Des que je ne regretterais pas de jeter une fois l'année passée. C'est curieux, n'est ce pas ?



C'est un peu comme avec les jolis rubans adhésif, avec leur touché papier, leurs couleurs et motifs. J'en avais vraiment énormément que je n'utilisais pas, j'utilisais ceux que j’aimai le moins. Et c'est tout à fait ridicule puisque je devrais utiliser ceux qui me font vibrer pour mettre de la joie partout. Alors un jour, j'ai réuni tous mes scotchs, j'ai trié ceux que j'aimai, et j'ai fais un sac de ceux que j'aimai moins. Il y en avait tellement ! D'ailleurs, j'ai maintenant une boite avec tous les rubans que j'aime et j'en met à l'honneur avec mon dévidoir que j'ai bricolé (pour (re)voir ce que c'est...) Ceux que j'aimais moins, je les aient donnés quand j'animais un atelier scrapbooking dans un collèges, les filles avaient des étincelles dans les yeux. Bon, je n'avais pas à faire ça compte tenu que je ne fournissait pas le matériel, mais en même temps, elles étaient tellement contente et moi, j'étais débarrassée, sans avoir à les refiler à mes petites sœurs qui récupèrent déjà beaucoup de choses que j'ai chéri.

Pour les stickers, c'est une autre histoire car même si dans un lot certains ne me plaisent pas, c'est l'ensemble que j'aime. J'ai des planches et des boîtes. Mes préférés sont sans aucun doute ceux qui prennent la forme du sujet. Alors je les gardes, les utilises parfois, jusqu'à ce que cette petite étincelle de magie s’estompe et je leur laisse alors vivre une autre vie avec quelqu’un d'autre...

J'avoue que j'aime les coller dans vos commandes.


Les stickers trop beaux de Nini Wanted.


Est-ce qu'un jour les stickers de L'Apollinarium existerons ? Il y en a eu avec la série des Vegetamen ! Je ne les aient tout simplement jamais commercialisés mais j'en glisse quelques uns dans les boxs du futur...

Et des stickers à partir des collages ? Peut être, l'idée trotte dans ma tête... Vous en avez envie ?




  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc

© 2020 L'Apollinarium. Tous droits réservés.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now